Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Merci Monsieur Kubodera (n°1, 2 et 3), février-juillet 2013, 48 x 36 cm. Merci Monsieur Kubodera (n°1, 2 et 3), février-juillet 2013, 48 x 36 cm. Merci Monsieur Kubodera (n°1, 2 et 3), février-juillet 2013, 48 x 36 cm.

Merci Monsieur Kubodera (n°1, 2 et 3), février-juillet 2013, 48 x 36 cm.

Il y a un an, Tsunemi Kubodera et son équipe rapportaient les premières images filmées du calamar géant. Le spécimen qu'il ont pu observer n'était pas des plus grands (seulement 3 mètres de long) et avait été amputés de ces deux plus longues tentacules "fouet", probablement durant une bataille sanglante avec un cachalot. Néanmoins, le scientifique demeura bouche bouée devant sa peau aux reflets délicatement cuivrés, une caractéristique qui était demeurée inconnue jusqu'à lors, puisqu'ils disparaissent lorsque l'animal est ramené à la surface, et par son regard impressionnant, intense et doux. "Reste, lui murmurait-il, reste le plus longtemps possible". Dans le petit vaisseau submersible en forme de bulle, l'émotion était grande.

Grâce à ces images, Monsieur Kubodera a touché du doigt l'une des limites du monde scientifique connu. Bouleversant nos certitudes, ces images nous rappellent que croire aux monstres les plus fantastiques, évoquer les possibilités les plus saugrenues, s'obstiner de la façon la plus absurde peuvent être le point de départ d'une démarche scientifique viable. Tout comme pour développer un protocole artistique, se fier à son obsession n'est pas un signe de folie, mais bien un pas vers le succès. Cette créature nous touche, parce qu'elle est à la fois cauchemar et rêve, crainte et espoir. Comme tout ce que la science ne nous permet pas encore de maitriser totalement, comme toutes ces problématiques aux frontières de l'entendement humain, des créatures des abysses au nucléaire, nous invitent à réévaluer notre place dans l'univers.

Merci Monsieur Kubodera
Merci Monsieur KuboderaMerci Monsieur Kubodera
Merci Monsieur Kubodera
Merci Monsieur KuboderaMerci Monsieur Kubodera

Partager cet article

Repost 0