Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lorsque j'ai commencé à peindre sur ces petits formats, j'ai voulu que mes images conservent leur apparence  agréable, coquette. J'ai voulu qu'elles se présentent comme des travaux modestes, des travaux de femmes, et qu'elles permettent d'entretenir la mémoire de bons moments. En fait, l'image est un prétexte, une futilité, un petit rien, juste un support pour la mémoire. C'est une image livrée simplement comme un cadeau.

 

Quand j'étais petite, ma mère me disait "Fais donc un dessin pour remercier, cela fera plaisir." "Offre une petite peinture, on se souviendra de cette année là, et l'année prochaine, tu en feras une autre." J'ai gardé ce réflexe de faire ma petite peinture pour soulager la peine.

 

Seulement maintenant, j'aimerais que mes petites images puissent vivre leur vie. J'ai le projet de les sortir, de leurs faire jouer de petites saynètes, d'en faire des dînettes, des idoles, des objets rituels, je n'ai pas encore décidé. A leur faire courir le vaste monde, elles pourraient bien s'abîmer. Peut-être même couler sous une vague gigantesque. Ils m'en faut plus, vraiment plus ! Alors elles seront comme une véritable armée, dans laquelle chacune trouvera sa spécificité.

 

Les voici avant de quitter le nid.

 

apero_1.JPG

L'apéro japonais - N°1, avril 2011, 12 x 18 cm.

 

apero_2.JPG

L'apéro japonais - N°2, avril 2011, 12 x 18 cm.

 

apero_3.JPG

L'apéro japonais - N°3, avril 2011, 12 x 18 cm.

 

apero_4.JPG

L'apéro japonais - N°4, avril 2011, 12 x 18 cm.

 

apero_5.JPG

L'apéro japonais - N°5, avril 2011, 12 x 18 cm.

Tag(s) : #pause café

Partager cet article

Repost 0