Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

" Que se passerait-il dans un monde où les petites choses du quotidien, les détails matériels, et les petits soucis de santé, l'organisation du loisir et les impératifs du confort seraient devenues les grandes questions, celles qui remuent les consciences, font et défond les grands empires (fianciers) ? Bonne question, car c'est notre monde.

Quelle forme d'authenticité reste encore possible dans le triomphe de la quotidienneté ?"

 

(...)

La futilité des petits soucis de la quotidienneté "constitue ce qu'Heidegger appelle "déréliction" : nous sommes absorbés par les objets du monde et leurs petits soucis, nous sommes pour cette raison déchus de la dignité d'une pensée qui s'interroge sur l'Etre qui , pourtant, constitue un potentiel caractéristique de l'humain. Nous sommes plongés dans une détresse que nous ne ressentons pas. L'être de l'humain serait caractérisé par une déréliction qui, selon Heidegger, n'est pas un phénomène superficiel et passager, mais est un évènement philosophique majeur.

L'aspect le plus important de la déréliction se trouve, pour Heidegger, dans la place qu'y occupent les outils, les renvois entre outils et les sytèmes d'outils.

 

(...)

" Les objets qui nous entourent nous apparaissent le plus souvent sous forme d'outils, invitant à un usage : l'étant se manifeste à nous comme "ustensilité", dit Heidegger. Cette ustentilité est le mode naturel, quotidien de notre rapport au monde, de notre présence-au-monde. Les objets du monde, même lorsque nous ne sommes pas directement en train de les utiliser, restent compris comme des ustensiles potentiels. Nous comprenons l'étant des (les objets) comme étant-disponibles, prêts à l'usage, destinés à l'utilisation, explique Heidegger. La mise à disposition de l'étant caractérise incontestablement la modernité : nous nous servons. Nous nous servons de tout sans avoir besoin de pour cela de réflexion, de méditation, d'enquête, que ce soit sur la légitimité ou sur la finalité de cette disponibilité permanente de l'étant.

 

" Absorbé par les préoccupations des systèmes d'outils, l'humain tend à comprendre l'humain, les autres humains, sur le modes de l'étant-disponible qui l'entoure.

 

(...)

" Le problème se pose alors dans les termes suivants : la déréliction quotidienne, dans laquelle nous faisons fonctionner des systèmes d'ustensiles renvoyant l'un vers l'autre, nous engage dans des cycles d'action orientées vers des buts, ces derniers étant des étapes dans le fonctionnement des système d'outils, rien d'autre. Lorsqu'il sagit de décider d'une action ou de l'accomplir en se référant à une valeur et non à un renvoi d'ustensilité, l'existence plongée dans la déréliction quotidienne se trouve désemparée. "

 

Michel Puech, 2008, Homo Sapiens Technologicus, ed Le Pommier, coll. Mélété. 

Partager cet article

Repost 0